Toiture en ardoises

Utilisée comme revêtement de nombreuses constructions dans plusieurs régions françaises, dont celles de Bretagne, de la Loire, d’Ardenne, d’Anjou, etc., mais aussi de celles de la capitale, l’ardoise garantit une protection pérenne à la structure et apporte un vrai cachet au toit. En effet, en tant que couverture, elle est non seulement attrayante et agréable à voir, mais elle est écologique, imperméable et est l’un des matériaux naturels possédant une durée de vie la plus élevée, qualités essentielles pour un toit. Pour certaines de ces régions, la toiture en ardoise est devenue une toiture traditionnelle. L’ardoise synthétique peut constituer une alternative plus économique à l’ardoise naturelle.

Extraction, formes et formats des ardoises naturelles

 

Extraites à partir des roches schisteuses, dans des galeries sous-terraines ou à ciel ouvert, les grandes tranches sont sciées, débitées puis taillées pour donner la forme définitive de l’ardoise. En effet, comprimées par des fortes, température et pression, pendant la formation de chaîne de montagnes, les couches sédimentaires argileuses ont acquis une structure en lames qu’il est facile de découper en feuilles d’ardoises. Celles-ci sont ensuite façonnées pour donner différents modèles de différentes dimensions, dont :

  • Des modèles ordinaires dits aussi modèles français, avec une épaisseur variant de 2,7 mm à 3,5 mm, de dimensions 22cmx16 à 32,5cmx22.
  • Des modèles extra forts dits modèles anglais, avec une épaisseur minimum de 3,5 cm et de dimension allant de 30cmx20 à 50,8 cmx 25.
  • Des modèles, de dimensions et d’épaisseur plus grande (jusqu’à 9 mm), utilisées pour la réfection des monuments.

Par ailleurs, l’ardoise se décline sous diverses formes : rectangulaire, carrée, losange, écaille, etc. L’ardoise naturelle ne convient pas, ni aux toitures arrondies ni aux toits plats.

La carrière d’ardoise la plus connue en France est celle d’Angers. Toutefois, les ardoises importées d’Espagne s’imposent sur le marché à cause de leur prix compétitif. La majorité des ardoises françaises, plus pures et plus épaisses donc plus chères aussi, sont destinées plutôt à la réfection des monuments historiques.

Avantages et inconvénients des ardoises naturelles

 

L’ardoise naturelle intègre de nombreuses qualités intéressantes.

  • Elle a une durée de vie très élevée, car elle peut atteindre 100 ans. L’ardoise d’Angers peut même durer 150 ans.
  • Ce type de matériau présente une imperméabilité presque parfaite (taux d’absorption d’eau presque nul), et résiste à l’action du gel et est assez lourd pour résister au vent.
  • Elle conserve sa couleur au fil du temps et est incombustible.
  • Matériau écologique et naturel, l’ardoise est également un bon isolant thermique et acoustique.
  • Elle s’adapte à tout style de maison ayant une pente de toit de 12 ° au minimum.

L’ardoise possède toutefois ses faiblesses, en effet :

  • Sa pose doit se faire par des professionnels.
  • L’ardoise requiert pour sa pose une charpente solide étant assez lourde.
  • Malgré sa solidité, elle peut se casser si on marche dessus.

Les ardoises françaises de qualité répondent aux normes NF qu’il faut exiger à l’achat. Par ailleurs, la mise en œuvre de la toiture en ardoises doit respecter le Document Technique Unifié (DTU 40 13).

Les prix des ardoises naturelles varient selon la provenance, le format, la pente. À ce propos, le format pus grand convient aux plus faibles pentes et aux toits les plus exposés aux neiges et aux grêles fréquentes.

En tout cas, à titre indicatif, le prix peut être compris entre 100 euros et 150 euros.

Pour bénéficier de l’offre la plus avantageuse, faire établir plusieurs devis par des professionnels différents et en faire la comparaison constitue la meilleure solution.

Pose et entretien des ardoises naturelles

 

La pose de l’ardoise s’effectuant de bas vers le haut est assez compliquée. Ainsi pour une qualité optimale, dont un bon recouvrement, elle doit être effectuée par des professionnels. Par ailleurs, l’ardoise possède un côté biseauté qui représente l’endroit et qui facilite l’écoulement des eaux pluviales. Il faut donc veiller à ce que ce côté soit posé vers le haut.

On peut mettre en place l’ardoise de deux manières :

  • Par clouage sur voligeage.
  • Par des crochets fixés aux liteaux.

L’intersection des deux versants (arêtier) peut être faite soit, en ardoises soit en zinc, soit par un autre métal.

Une feuille métallique est à poser aux noues pour garantir une bonne étanchéité.

Concernant l’entretien, il doit se faire au minimum tous les deux ans si on veut que le toit en ardoise conserve ses performances et doit également être confié à des couvreurs professionnels. Il consiste à :

  • Enlever les feuilles mortes pouvant se trouver dessus.
  • Se débarrasser des mousses, et appliquer un produit algicide ainsi qu’un produit hydrofuge après le nettoyage.
  • Remettre en place les éléments déplacés.
  • Remplacer les ardoises endommagées.
  • Traiter les ardoises à l’antirouille pour certaines ardoises contenant du fer.

Lors de l’entretien, on doit aussi vérifier l’état du support (voligeage ou liteaux), des aérations, des gouttières et du dispositif d’évacuation ou de la cheminée.

L’entretien incluant le nettoyage et le traitement (algicide, fongicide, hydrofugation) peut atteindre 2000 euros.

Ardoises synthétiques à base de fibres-ciments

 

L’ardoise synthétique est conçue à partir des fibres organiques ajoutées d’additifs minéraux, assemblées entre elles par du ciment et de l’eau. Cette technique permet de reproduire l’aspect de l’ardoise naturelle presque à la perfection.

L’ardoise synthétique offre comme avantages :

  • Un prix fixe et très abordable par rapport à celui des ardoises naturelles.
  • Une solidité, une résistance aux intempéries et au feu et une capacité d’isolation, qui sont quasi équivalentes à celles de l’ardoise naturelle.
  • Elle est déjà traitée contre les mousses et l’humidité.
  • L’ardoise synthétique est plus légère que l’ardoise naturelle, ainsi elle est plus facile à poser et n’exige pas une charpente solide comme l’ardoise naturelle.
  • L’ardoise synthétique se décline sous différents formats, pouvant aller de 33cmx 23 à 60 cmx 30.
  • Sur le plan esthétique, l’ardoise en fibres-ciments se décline sous une plus grande variété de couleur la rendant compatible à tout type de maison et de toit à faible pente.
  • Toutefois, elle a aussi ses faiblesses dont :
  • Sa durée de vie, atteignant au plus 40 ans si elle est bien entretenue.
  • Sa tendance à perdre son éclat avec le temps et à présenter dès lors, un aspect moins naturel.

À propos de son entretien, il doit être fait avec soin et régulièrement surtout après les 30 premières années, pour que la toiture ne vieillisse pas trop vite. Pour conserver ses performances et améliorer l’étanchéité, l’application d’un produit hydrofuge est conseillée tous les 10 ans. L’avis et le recours du professionnel sont essentiels pour l’entretien et la pose. Cette dernière se fait de la même manière que pour l’ardoise naturelle. Il faut cependant se référer à la mairie sur la couleur autorisée avant la mise en place de la couverture.

Le coût d’une toiture en ardoise artificielle se situe aux alentours de 60 euros le m2.

Fermer le menu