Que peut-on dire de l’ardoise authentique, choisie par certaines régions françaises comme matériau de couverture typique de leurs maisons ? L’ardoise désigne une roche, une pierre schisteuse qui sait bien résister aux intempéries. Cette roche est issue de la superposition de plusieurs couches de minéraux et de matières organiques. Elle est extraite dans les carrières naturelles dont la plus connue en France est celle d’Angers, ainsi qu’en Espagne, et taillée selon un procédé artisanal. Elle a comme avantage d’être non poreuse. Ainsi, elle est insensible au gel et inaltérable aux agents atmosphériques. Elle est aussi incombustible et peut être partagée facilement en plaques toutes fines afin d’être disposée sur le toit. L’ardoise est utilisée dans l’architecture pour couvrir la toiture des habitations surtout en montagne et en campagne. Les tuiles en ardoise peuvent être de différentes couleurs, pas uniquement bleu, et également de formes variées. Ainsi, l’ardoise offre un très joli toit, l’aspect esthétique est très pris en compte avec ce type de tuile. Si on choisit l’ardoise naturelle pour réaliser sa toiture, il est préférable que celle-ci soit certifiée par le label de qualité NF. Ce label garantit la provenance écologique de l’ardoise, et sa qualité, ses caractéristiques comme le poids, les dimensions, la résistance à l’eau et aux intempéries, sa durabilité, etc. À noter qu’il existe deux types d’ardoise : l’ardoise naturelle et l’ardoise artificielle.

L’ardoise artificielle et les différentes formes d’ardoises disponibles sur le marché

 

Autrefois, l’ardoise artificielle était fabriquée à partir de fibres minérales et d’amiante. À partir de 1997, l’amiante a été retirée des procédés de fabrication industrielle. Elle a été remplacée par des matériaux organiques. L’ardoise artificielle a la même apparence que l’ardoise naturelle avec comme distinction son épaisseur moindre. Elle est également moins lourde et moins durable que la version naturelle. Comme constituants de l’ardoise artificielle, on peut citer le ciment et l’eau. Ces composantes justifient son appellation ardoise en fibres-ciment ou ardoise synthétique.

Que ce soit une ardoise naturelle ou une ardoise artificielle, l’ardoise de toiture se présente sous la forme de feuilles rectangulaires ou d’écailles. L’épaisseur des morceaux d’ardoise varie entre 3 et 9 mm. Les dimensions sont de trois sortes : 10 x 10 cm et 27 x 18 cm pour les petits formats, 25 x 35 cm et 40 x 25 cm pour les moyens et 50 x 25 cm et 120 x 60 cm pour les grands formats.

Les avantages et inconvénients d’un toit en ardoise naturelle

 

Une ardoise naturelle possède une très longue durée de vie, on peut compter sur une durée de plus de 100 ans, voire 150 ans avec elle. Elle conserve toujours sa couleur et cet aspect n’est pas négligeable. Écologique, l’ardoise est une roche recyclable, très avantageuse pour la nature. Autrement dit, elle est respectueuse de l’environnement et offre des propriétés d’isolation très intéressantes pour une maison. Ainsi, ce type de matériau limite la consommation d’énergie en chauffage et contribue à faire baisser sa facture. Son entretien n’est pas très coûteux et doit être effectué en général une fois sur 2 ans. Comme inconvénient, elle pourrait paraître un peu lourde contrairement à d’autres matériaux de couverture.

L’ardoise naturelle coûte cher, car son prix de revient (l’achat et la pose) se situe entre 100 et 150 euros pour un mètre carré. Elle ne peut proposer qu’un panel réduit de couleurs qui se limite à ses différentes teintes naturelles.

Les avantages et les inconvénients de l’ardoise artificielle

 

Au contraire de l’ardoise naturelle, l’ardoise artificielle propose un large choix de coloris. Les fabricants ajoutent au cours de la fabrication différents pigments, pour obtenir d’autres couleurs en plus de celle que l’on reconnaît de l’ardoise naturelle. L’ardoise artificielle a aussi l’avantage d’être moins lourde, plus facile à manipuler et à installer.

Comme inconvénients, l’ardoise artificielle a une durée de vie limitée à 70 ans maximum. Après les 30 premières années d’usage, sa couleur n’est plus identique à ce qu’elle présente lors de l’achat, mais est ternie. Elle peut aussi connaître des fissures. Pour éviter qu’elle ne perde vie de façon précoce, il faut l’entretenir régulièrement grâce à un nettoyage minutieux. Toujours dans cette optique, on peut également lui appliquer un traitement anti-algicide. Ce dernier permet d’empêcher la prolifération des algues, des mousses et des lichens. On peut aussi opter pour un traitement hydrofuge qui réduit sa capacité d’absorption d’eau.

Pour le coût, la toiture en ardoise artificielle coûte moins cher que celle naturelle. Pour l’achat et la pose, le prix varie généralement entre 50 et 70 euros le mètre carré.

De manière générale, le choix se fait selon les moyens du propriétaire. S’il a la capacité financière de se payer l’ardoise naturelle, il est toujours préférable d’opter pour ce matériau.

L’installation d’une toiture en ardoise

 

La pose d’une toiture en ardoise naturelle ou artificielle est à réaliser par un couvreur ou un ouvrier hautement qualifié. L’amateurisme n’a guère sa place dans ce type de prestation, car en cas de pose bâclée, la toiture peut tout simplement s’effondrer et occasionner d’autres dommages à l’habitation. À noter qu’il existe 2 types de pose de plaques d’ardoise, la pose à crochets et la pose clouée. Le couvreur est à même de définir et de concevoir la méthode de pose qui convient à la structure de la toiture. Comme précision, il est bon de savoir que les toits de forme plane ou ronde ne peuvent pas arborer des tuiles en ardoise. Cette dernière convient surtout aux toitures inclinées.

L’entretien à long terme de la toiture en ardoise

 

Peu importe le type d’ardoise choisi, il ne faut pas omettre d’effectuer un entretien périodique de la toiture en ardoise. En France, il est pertinent de préciser qu’il est obligatoire de vérifier l’état de la toiture au moins une fois après la fin de la première décennie de pose. Quand la toiture est âgée de 20 ans et plus, la vérification doit avoir lieu au moins tous les 2 ans. Cette vérification devient annuelle quand la toiture a plus de 40 ans.

Les travaux d’entretien consistent en la vérification et l’enlèvement des plantes et des saletés qui se sont accumulées sur la toiture d’ardoise. En parallèle, l’ouvrier ou le couvreur qui procède à l’entretien doit enlever et remplacer les plaques brisées ou abîmées. Il en profite pour effectuer un traitement algicide et hydrofuge.

L’entretien complet du toit en ardoise naturelle ou artificielle comprenant l’application des traitements et la main d’œuvre peut atteindre la coquette somme de 2 000 euros.

Les conseils pour une bonne installation de la toiture en ardoise

 

Avant d’envisager la pose d’une toiture d’ardoise par un couvreur, il faut se rendre au préalable à la mairie de sa ville. Cela permet d’être informé qu’il est possible ou non d’installer un tel type de toit dans sa région. Après la réception de l’accord et de l’autorisation de la mairie, il faut vérifier que la couleur de l’ardoise s’intègre sans problème dans le paysage de la zone de l’habitation.

Pour avoir les meilleurs prix, il faut faire appel à différents couvreurs pour pouvoir comparer leurs devis. Le tarif réel de la prestation change selon la région, selon l’expérience du professionnel et le type et les caractéristiques de l’ardoise à installer. Pour être certain de bénéficier d’une bonne toiture au juste prix, il faut avoir en main au moins 3 à 5 devis différents.

À noter qu’il ne faut pas oublier de s’engager dans un contrat de maintenance ou de visite périodique, avec le couvreur de son choix. Attendre plusieurs années avant d’y penser garantira des prix qui ne seront plus les mêmes, révisés à la hausse. De plus, un contrôle régulier est une excellente prévention des mauvaises surprises, étant donné que la couverture est exposée en permanence aux intempéries.

Devis urgent

1.Type de travaux à effectuer
2. Code postale