Quel que soit le type de toiture, en pente, arrondi ou plat, celle-ci doit intégrer certaines qualités afin de protéger le bâti, le rendre durable et également de permettre aux occupants de vivre dans un intérieur confortable et sain. En effet, sans une étanchéité fiable, l’air et surtout l’eau risquent de s’infiltrer sous la toiture et peuvent causer sur la structure des dommages matériels dont la réparation peut coûter cher, sans parler des impacts nuisibles sur la santé. Par contre, une étanchéité bien étudiée au départ et entretenue dans le temps permet à l’air de bien circuler et aux eaux pluviales d’être recueillies et conduites aux égouts. Installer correctement la toiture (couverture, charpente, système d’isolation, accessoires) et bien choisir les produits, constituent les meilleurs moyens d’y arriver. Enfin, pour une étanchéité d’efficacité optimale, il ne faut pas oublier qu’à chaque type de toiture peuvent correspondre des produits et des techniques de mise en œuvre différents. En revanche, on peut choisir entre plusieurs solutions, selon les besoins, pour un type de toit bien déterminé. Quoi qu’il en soit, devant le contexte actuel de dégradation de notre environnement et le risque d’épuisement des ressources en énergie non renouvelable, la construction des bâtiments économe en énergie est devenue une nécessité. Une toiture bien isolée et étanche est une des solutions à prioriser. C’est la raison pour laquelle l’État impose les exigences à respecter par les RT(2012) et soutient l’action par des aides fiscales et financières.

Quelques éléments à savoir sur l’étanchéité

 

L’étanchéité est à choisir selon le type de toiture et la nature du matériau de couverture. Il s’agit en effet d’un revêtement simple ou complexe (multicouches), composé en général d’asphalte ou de produit bitumeux, servant à protéger la structure et à se protéger contre les aléas climatiques. Autrement dit, les différents matériaux de couverture n’ont pas le même comportement vis-à-vis de l’étanchéité et il faut en prendre compte lors du choix des solutions (produits et techniques). D’autre part, le principe de mise en œuvre d’une toiture-terrasse diffère beaucoup de celui des toits en pente ou arrondis. Les conséquences d’une étanchéité défaillante sont multiples, et sont entre autres :

  • Des condensations et des moisissures pouvant entraîner des dégradations plus ou moins graves de la structure si on ne réagit pas à temps.
  • Des courants d’air désagréables et pouvant, à la longue, nuire à la santé.

Ces phénomènes auront nécessairement des impacts sur le système d’isolation pour accroître la déperdition de chaleur et également sur la charpente (en bois) qui n’assurera plus pleinement, son rôle.

Une bonne circulation d’air et une attention particulière apportée à la mise en œuvre et aux finitions de la toiture sont des conditions essentielles pour qu’elle soit bien étanche à l’eau et à l’air.

Quant à la tenue des matériaux de couverture de toiture en pente vis-à-vis de l’étanchéité, il existe plusieurs cas :

  • Pour les tuiles en terre cuite, traditionnelles. L’étanchéité à l’eau en surface, est bonne à condition que la pente ne soit pas trop faible et que les tuiles ne soient pas encore, ni fissurées ni poreuses. Par contre, l’étanchéité à l’air est mauvaise si bien qu’il faut l’améliorer par les solutions appropriées (écran et ventilation sous toiture).
  • Pour les ardoises naturelles. De par leur nature, elles présentent une bonne étanchéité à l’air. Cependant, elles ne diffèrent pas des tuiles quant à l’étanchéité à l’air.
  • Pour les tuiles industrielles comme les bétons. Leur étanchéité à l’eau nécessite une surveillance soutenue, car elles peuvent facilement devenir poreuses (même traité en surface avec de la résine). D’étanchéité à l’air moindre, pour elles aussi, l’écran et la ventilation sous toiture, sont nécessaires.
  • Pour les matériaux de couvertures industrielles métalliques : zinc, cuivre, bac acier (double peau). Avec une pose et des finitions de qualité, elles présentent toutes une excellente étanchéité à l’eau. De même qu’accompagner de pare-vapeur leur étanchéité à l’air est fiable.

Pour la toiture en terrasse, généralement de pente ne dépassant pas 5 % et composée principalement de support (béton, bois ou bac acier, d’isolant et de membrane d’étanchéité, de couche de protection et parfois de pare-vapeur), le risque d’infiltration d’eau est important si bien que l’étanchéité est à contrôler régulièrement. Elle peut être en :

  • Asphalte (mélange de bitume et de granulats).
  • Produits bitumés simples ou multicouches.

L’étanchéité à l’air est améliorée par un pare-vapeur.

Étanchéité à l’eau et à l’air de la toiture

 

Étanchéité à l’air de la toiture

L’étanchéité à l’air est assurée par la pose de l’isolant pouvant se faire de deux manières :

  • Isolation par l’extérieur (ITE), réalisée par deux techniques qui sont, la technique des panneaux sandwich et la technique de sarking. Elle consiste à poser l’isolant en continu et pour un recouvrement complet, sur la charpente permettant ainsi l’inexistence quasi totale des ponts thermiques et assurant une excellente étanchéité à l’air. Elle offre par ailleurs d’avantages très intéressants, comme l’économie d’énergie non négligeable accompagnée de confort thermique en toute saison, la protection de la charpente contre les variations extérieures de température. De plus, elle laisse apparente la charpente, ce qui lui permet de respirer (bois) et de faciliter son entretien. Par ailleurs, elle ne réduit pas l’espace habitable des combles. Toutefois, elle nécessite l’intervention de spécialiste et par conséquent, coûte assez cher.
  • Isolation par l’extérieur est plus facile à mettre en œuvre, à partir des combles. Son coût revient ainsi moins onéreux. Toutefois, elle nécessite la mise en place des protections de l’isolant comme l’installation d’un écran HPV (haute perméabilité à la vapeur) et d’une membrane pare-vapeur du côté chaud. La mise en place d’un écran sous toiture (non HPV) est nécessaire pour protéger la charpente des variations de température.

Étanchéité à l’eau de la toiture

L’étanchéité à l’eau, quant à elle, est assurée par :

  • Un bon recouvrement des éléments de la couverture. À ce propos, et dans le cas des tuiles, la pose traditionnelle des tuiles (canal ou plate) se fait par triple recouvrement pour que l’eau ne s’infiltre pas, mais s’écoule facilement. Avec les tuiles à emboitement (tuile mécanique), le recouvrement et la pose sont facilités de par leur conception même (existence de cannelures latérales et transversales pour l’emboîtement). Ce système permet un gain de temps pour la pose, un allègement du poids permettant de ménager la charpente ainsi qu’une stabilité assurée de la toiture.
  • Un écran souple de sous toiture à dérouler sous la couverture. Celui-ci permet principalement de ménager un vide d’air. De plus, il protège l’habitation en recueillant les eaux d’infiltration et atténue le risque de soulèvement de la couverture par le vent.

Pour optimiser l’intégralité de l’étanchéité, il faut apporter des soins particuliers à certaines zones de la toiture, car elles peuvent être source d’infiltration. Il s’agit, entre autres, de la zinguerie, la cheminée, les fenêtres de toit, etc. C’est aussi le cas du raccordement des éléments différents de la couverture : tuiles et panneaux solaires ou photovoltaïques. L’entretien et le contrôle de l’état de ces zones ainsi que des éléments fissurés, permettent en grande partie de conserver la fiabilité de l’étanchéité.

Devis urgent

1.Type de travaux à effectuer
2. Code postale